Connect with us

Beauty

Le marché indien, terre promise pour les marques de beauté et de luxe ?

Published

on


L’Oréal gagne des components de marché et relance la marque Lancôme by way of le circuit de factors de vente Sephora, les Galeries Lafayette prévoit l’ouverture de deux grands magasins à New Dehli et Mumbai, Estée Lauder lance le programme Magnificence & You India avec la société indienne Nykaa pour accompagner les jeunes marques de beauté indiennes : à l’instar des grands noms de la mode, les marques de luxe de la beauté montent à la conquête du marché indien comme elles l’ont fait en Chine.

Au cours de ces dernières décennies le pays a en effet connu un développement démographique vital avec une inhabitants de 1,4 milliards d’individus en passe de devenir la plus importante au monde, avec en parallèle une croissance économique entrainant une augmentation du pouvoir d’achat des lessons les plus fortunées. D’après le classement Forbes 2023, l’Inde compte 169 milliardaires en {dollars} contre 140 en 2021, et le nombre de millionnaires ne cesse d’augmenter, principalement dans la ville de Mumbai qui en compte 60 000. Une dynamique propice au développement d’une offre de produits de luxe qui n’est pas sans rappeler l’essor connu en Chine.

« On parle énormément de l’Inde en terme de chiffres automobile la inhabitants est en prepare de dépasser la inhabitants chinoise, mais la comparaison s’arrête là », tempère Florence Bernardin, fondatrice et dirigeante de Asia Cosme Lab, agence de veille advertising and marketing des produits de beauté pour l’Asie. « Il est vrai que le nombre de millionnaires augmente mais la réalité est que 90% de l’économie reste informelle et que le revenu moyen est encore très bas. Seuls 10% des indiens gagnent plus de 280 euros par mois. Certes sur 1,4 milliards, cela fait 140 hundreds of thousands de personnes donc deux fois la inhabitants française, mais nous ne sommes pas sur l’équivalent de la Chine où le PIB par habitant est de 12.000 {dollars}. En Inde il est de 200. Donc, oui il y a un marché énorme qui se développe mais avec un niveau de prix très bas. Le luxe ne va toucher qu’un tout petit fragment de la inhabitants », ajoute-t-elle.

Montée en puissance des indie manufacturers locales

La richesse se concentre de façon inégale selon les régions, et principalement dans les villes qui abritent un nombre croissant de startups dans l’univers de l’innovation technologique. En parallèle les canaux de distribution se déploient avec une grosse activité en ligne, portée notamment par le géant indien Nykaa, et la vente directe. La marque de maquillage Sugar, fondée par Vineeta Singh, est devenue l’un des plus grands acteurs du phase D2C (Direct to Shopper) en Inde et compte aussi 150 magasins. The Physique Store a atteint le cap des 200 magasins en 2023 avec une présence dans plus de 65 villes en Inde.

« Ce qui est en prepare d’évoluer c’est qu’il y a beaucoup d’indie manufacturers qui émergent. Le marché est dynamique poussé par la technologie, les réseaux sociaux, la vente en ligne, les changements de type de vie, les media, les influenceurs. Toutes surfent sur les tendances internationales actuelles, la naturalité, le males grooming, l’inclusivité et l’ayurveda bien sûr », be aware Florence Bernardin.

C’est le cas par exemple de 82°E, la marque de soin minimaliste de l’actrice Deepika Padukone, qui intègre des plantes de la pharmacopée traditionnelle indienne. Lancée en ligne en novembre 2022, elle a toutefois suscitée une déferlante de commentaires négatifs de la half de ses followers en raison des prix de vente, 20 à 30 euros, beaucoup trop élevés pour le marché indien.

Parmi les indie manufacturers à succès dont les prix de vente se situent entre 1.5 et 18 euros, citons Juicy Chemistry, marque de soins de la peau, de produits capillaires, de soins du corps et de nutricosmetiques, certifiée Ecocert/Cosmos ; ou encore Neemli Naturals, une marque qui allie science et naturalité avec des prix entre 1.6 et 18 euros ; et Mama Earth du groupe Godrej, ou Dr Sheth’s for Indian Pores and skin, pour une approche dermatologique et ayurvedique, and so forth.

« Ce sont des marques qui peuvent passer à l’export en Europe automobile la qualité est au rendez-vous ou plutôt aller sur des marchés qui n’ont pas les mêmes revenus que les nôtres, par exemple concurrencer la Chine sur les marchés africains et ou la Corée du Sud sur l’Asie du Sud-Est », poursuit Florence Bernardin.

Une évolution à lengthy terme

Même pour les marques qui se positionnent sur des prix modérés, l’avenir est conditionné par les politiques macro-économiques en faveur du développement.

« Contrairement à la Chine, le problème de l’Inde est qu’il y a trop peu d’investissement dans la santé ou l’éducation. Seulement, 3% des jeunes vont accéder à des positions élevées, il y a de bonnes universités mais pas assez de locations, or c’est pour ce phase de la inhabitants que le luxe se développe. Le potentiel est énorme, mais au rythme actuel cela nécessitera plusieurs générations », be aware la spécialiste qui précise que 40% de la inhabitants a moins de 25 ans en Inde. L’âge médian est à 28 ans, pour comparaison il est à 39 ans en Chine.

« Je pense que le rôle de tous ces acteurs du luxe qui arrivent sur le marché indien est de s’investir dans l’éducation de la inhabitants, en créant des écoles ou en éduquant les femmes. Qu’ils ne soient pas qu’une vitrine », suggère en conclusion Florence Bernardin.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *